3. apr, 2018

Enchevêtrement quotidien, la ville me manque.

Techniquement, une ville peut être définie comme un endroit où une masse d'étrangers se rencontrent, interagissent, restent en contact étroit pendant une longue période, mais restent toujours des étrangers. La ville signifie aussi «densité» des réunions, communication, «variabilité» de la communication, richesse du contenu. Les résidents d'une ville ne sont pas nécessairement plus intelligents que ceux du pays, mais le peu d'espace et la concentration des besoins augmentent l'attention portée à l'endroit, posent des questions que personne d'autre ne pose. La ville me manque pour sa «vie liquide», pour la possibilité de choisir la beauté des individus, et pour l'intensité des problèmes de la vie, des problèmes qui ailleurs, restent marginaux, inutiles. Donc, voici mon manque de ville comme berceau, comme une possibilité de beauté, comme une zone qui produit une culture «forcée».