28. set, 2017

À la peur habituelle de la mort, voici les peurs quotidiennes.

Chaque jour, une peur différente. Les craintes accompagnent nos vies et nos jours. La peur des catastrophes naturelles, des territoires rebelles, des tremblements de terre, des inondations, des bombes coréennes, des palais construits en évitant de s'effondrer, la peur du temps pour rester à la maison, même s'ils ne sont pas il  nécessaire. Les agences d'information en ligne jouent avec les titres pour intégrer nos peurs d'un ouragan dévastant Irma et terrible en Floride où ils sont forcés d'échapper à leurs maisons un certain nombre de citoyens égaux aux habitants de Rome. Pensez à ce qui se passerait si les Romains ont quitté la ville en 24 heures, je n'ose pas le penser. Comme Irma a avancé sous la curiosité et la ferveur des Italiens, nous nous sentons aimablement protégés par la Méditerranée, ici un orage à Livourne presque tue autant que l'ouragan dans les Caraïbes. Les titres changent mais la peur des gens avance. D'autres peurs se trouvent. Les immigrants ont peur, Isis a peur, les épidémies africaines nous terrorisent. La mondialisation, la crise économique, les crimes communs nous mettent dans l'angoisse.Agissons de la peur, sûrement comme un spectacle de succès, les téléspectateurs ne manquent jamais et ici les crimes commis dans la famille, dans les villages et dans les villes, ouvrent les pages des journaux, des nouvelles, des pages Web et des sociaux.Les assassins et les victimes deviennent le casting plus suivis dans les salons, dans les enquêtes et nous font vivre dans les saisons pluvieuses. Les histoires de criminels, heroine carabinieri et les prêtres inévitables de la fausse humanité, font l'objet de chaînes thématiques dans la télévision par satellite. La peur, en tant que spectacle en direct et différé, rend certains publics. Nous ne saurions pas vivre sans la dose quotidienne de peur.