19. set, 2017

Où les partis sont-ils partis?

Essayons de les trouver en rassemblant quelques considérations. Une fois qu'ils ont fourni des valeurs, des classes de leadership, des services, la socialité, ils étaient partout et ils étaient tous. Ils étaient dans la société, dans l'état, dans la culture, dans la vie quotidienne. Les partis ont grandi avec le pouvoir de la guerre d'après-guerre et les valeurs démocratiques de la résistance. Puis on est venu derrière Craxi et Berlusconi, les «développeurs» de la télévision commerciale, le protagoniste incontesté Silvio Berlusconi ou Knight of Arcore. Et les parties ont diminué a gens, les "leaders", les personnes qui frappent l'écran, les personnes conseillées par les experts du marketing et de l'opinion publique. Ensuite, en raison des vols organisés par le parti, l'opinion publique a été faite <foudre> et ici le marketing a commencé à <former> l'opinion des Italiens. Voici des parties personnelles sans liens sociaux, sans abonnés. Ensuite, le réseau est arrivé qui a permis aux citoyens de contrôler, de participer et de s'exprimer directement, immédiatement. La politique sans médiation comme si nous n'avions pas une histoire derrière nous. Tout se résout entre les dirigeants et les citoyens et au contraire. Salvini, qui a hérité du dernier parti, a caché l'histoire récente de la Ligue et cherche vers le Sud en offrant une marque unique à droite, lui-même. Nous pouvons conclure qu'aujourd'hui, certains dirigeants sont sans partis et sans société et les citoyens sont sans partis et sans chef, les dirigeants de la télévision n'écoutent pas mais sont poursuivis par tous les créateurs de programmation. Les partis sont partis, la politique est partie, mais nous avons tous les Italiens devant la télévision en attente de leur retour improbable.